Sérénissime et attentif à la fois

Article publié dans le journal La Semaine #580

Télécharger l’article au format PDF

Une « avant-première » pour un immeuble... et ce n’est pas du cinéma ! Même si l’hôtel Mercure à Metz n’a pas de marches, Claude Rizzon y déroulera une sorte de tapis rouge ce samedi pour la première sortie publique du « Sérénissime ».

C’est le nom d’un programme immobilier peu commun qui va arriver sur le marché et sera réalisé à l’Amphithéâtre. Ce sera un des immeubles emblématiques de Muse et plus globalement de l’Amphithéâtre. Vous allez nous dire que cela en fait beaucoup : certes, mais c’est comme ça ! 9 étages au-dessus du triple niveau du centre commercial, un positionnement au carrefour des rues des Messageries et Jean Laurain, une signature Jean-Paul Viguier et toute la fierté d’un constructeur régional nommé Rizzon, cela ne passe pas inaperçu. La preuve, une première réunion de présentation est prévue ce samedi de 10h à 18h à l’hôtel Mercure de la place Saint-Thiébault à Metz (Cliquez ici pour plus d’informations)

Osez demander

29 appartements du 2 au 6 pièces, de 47 à 230 mètres carrés, voilà pour les chiffres. Ajoutez-y des terrasses panoramiques de 18 à 186 mètres carrés et vous aurez une idée plus précise de ce qui est proposé mais aussi de ce que seront les nouveaux standards dans ce secteur. En plus des attentes au niveau énergétique et pratique, de proximité et de services, la clientèle ose à nouveau exprimer son besoin de lumière et d’air sans risquer de paraître ringard ou daté. Et les constructeurs y répondent.

C’est François Zieger, directeur de la promotion chez Claude Rizzon qui nous parle de cette réalisation. L’homme est l’un de ceux qui ont vécu au plus près les 40 dernières années de l’immobilier à Metz, se retrouvant même au cœur de plusieurs opérations déterminantes. Pour Uniblor longtemps, pour Rizzon depuis une décennie.

Demain ce sera Bon-Secours avec Valentiny (présentation la semaine prochaine) et un important projet à Longeville-lès-Metz le long du boulevard Saint-Symphorien.

Ce qui frappe, quand on voit la silhouette du Sérénissime c’est le côté très ouvert et le sentiment de retrouver des logements « boîtes » savamment  organisés en quinconce et faisant penser à ce qu’étaient les galeries de Pompidou avant que la toile ne les couvre. Autrement dit des appartements qui sont des longues-vues tous azimuts. Nous reviendrons sur le traitement technique qui donne cette perception. Pour l’esprit global, François Zieger (amateur de sensations architecturales on l’a compris) souligne le plaisir de travailler avec Jean-Paul Viguier : une autorité souriante, rassurante et attentive. L’envie d’une vraie harmonie. « Ce sont des logements d’exception au cœur d’un quartier dont on se rendra compte demain à quel point il accumule les atouts ».

Effet de maille

L’entrée sur la rue Jean Laurain et la parking avec ses 39 places seront spécifiques à l’immeuble. Les prestations des appartements seront haut de gamme avec portes blindées, baies coulissantes et portes-fenêtres partout, donnant sur des balcons de deux mètres de profondeur. Chauffage par le sol, carrelage et véritable parquet. Les prix seront haut de gamme aussi dans la fourchette supérieure du marché messin comme à la régie des tabacs et demain à Bon-Secours. Dernières discussions en cours.

C’est le traitement en tôle perforée de certains des garde-corps et encadrements qui, comme une maille, donnera l’effet encadrement de certains appartements sans nuire, nous dit-on,  à la visibilité et à la luminosité. Le choix des orientations est assez fantastique, aussi bien au niveau des points cardinaux que des repères : Pompidou, colline de Queuleu et parc de Seille, vallée de la Seille, ville Sablon. Les immeubles de la dalle de Muse seront des R plus 4 ou 5 sauf le 9 du Sérénissime. Même dans les étages inférieurs les vis-à-vis à moins de 11 mètres (une rue confortable) ont été évités.

Besoin d’écouter

Pourquoi cette avant-première, quelques jours après une visite du programme Portzamparc ? « On a besoin de parler, d’écouter. Aujourd’hui l’information est multiple et les capteurs parfois perturbés. Dans notre métier nous devons avoir un coup d’avance mais il faut bien, à un moment que tout le monde se rencontre. Il y a des gens qui se révèlent, des clients dormants. Il y a surtout une foule d’interlocuteurs à qui nous pouvons expliquer les choix dans cette manière de reconstruire la ville. Il y aura toujours des opposants et c’est tant mieux ».

Ce samedi les visiteurs pourront découvrir les plans et les caractéristiques des appartements de ce « Sérénissime » qui s’était un temps appelé l’Impérial. Cette appellation sera retenue pour Bon-Secours semble-t-il au cœur de la « diagonale impériale » par nature.

Ici le Sérénissime appelle à une forme de fierté et d’assurance vénitienne, de style et de lumière. Cela pourra se faire dans des appartements allant de 47 à 230 mètres carrés ! Pourquoi mettre sur le marché un tel produit hors norme et qui résulte sur bien d’autres opérations de fusions entre deux lots décidées par des acheteurs précoces et fortunés : « parce qu’il y  a des moments où l’exception s’impose » dit François Zieger. Il est vrai que ce duplex là ne courra pas les rues !

Jean-Pierre Jager
LaSemaine.fr

62